Cobraworld
Cobraworld
Site non-officiel dédié à "Cobra the Space Pirate"
Site non-officiel dédié à
"Cobra the Space Pirate"


Ecrit par Joe Gillian

Buichi Terasawa (寺沢武一)

Date de naissance : 30 mars 1955
Né(e) à : Asahikawa (Hokkaido - Japon)
Profession principale : Mangaka



Pages 1 2 3 4 5 6 7

Buichi Terasawa

Buichi Terasawa est né à Asahikawa, sur l’île d’Hokkaido, le 30 mars 1955. Il veut tout d'abord être docteur, puis sculpteur, mais finalement, passionné par l’animation (américaine notamment), il décide de se lancer dans les mangas et fait ses premières armes en dessinant quelques histoires pour filles (des shôjo). C’est en effet après avoir raté le concours d’entrée dans une université que le jeune Buichi, imitant une amie à lui, va se lancer dans la carrière de mangaka, attiré notamment par les gains conséquents qu’offrent certains concours sponsorisés par des magazines. Il n’a alors qu’une vingtaine d’années, mais il va remporter le premier prix d’un de ces concours, ce qui va finalement le conforter dans cette voie. Le manga n’était pas sa passion première, mais après tout pourquoi pas, et c’est ainsi qu’il décide d’en vivre. Terasawa dessinera peut-être une trentaine de petits mangas shôjo à ses débuts, avec ce qu’il faut de roses et de jeunes filles, mais son style est déjà majoritairement orientés Science Fiction avec de jolies héroïnes en tenues légères.

En 1976, il déménage pour Tokyo, et devient alors l’assistant du plus grand, Osamu Tezuka (Tezuka n'apprenaît en fait rien à ses assistants, les laissant se débrouiller seuls et observer comment lui il travaillait). Pendant un peu plus d’un an, il "étudiera" sous l’égide de celui que l’on considère comme le père des mangas au Japon, apprenant notamment ses méthodes pour découper et raconter de façon simple des histoires. Mais dès l’année suivante, il prend son envol en tant qu’indépendant, non sans avoir obtenu une mention honorable (et 500.000 yens) à la 13ème édition du prix Tezuka (un concours organisé 2 fois par an par le magazine Weekly Shônen Jump des éditions Shueisha) pour une de ses nouvelles : Daichi yo aoku nare (Reviens à la vie, mon pays !). Pour l’anecdote, une autre de ses courtes histoires, Sigma 45, nous conte l’aventure d’une femme avec une arme dans le bras droit. Tiens tiens…



La période Cobra – naissance d’un héros

Autour de fin 1977 / début 1978 [1], Terasawa va préparer et poser les bases de son premier gros manga, qui restera définitivement son œuvre la plus emblématique : Cobra (Space Adventure Cobra). Pendant plusieurs mois, il va préparer toute son œuvre, qui verra le jour publiquement dans le numéro 45 (début novembre) du magazine de prépublication Weekly Shônen Jump des éditions Shueisha. Les aventures futuristes pleines de bruit et de fureur de l’homme au psychogun, où les actions fusent et les méchants partent en pièces détachées, vont plaire immédiatement et le succès sera au rendez-vous. Un succès qui durera tout de même grosso modo 6 ans entre le début et la fin de la prépublication.

Terasawa montre d’emblée une créativité énorme, diversifiée, ainsi que des influences étrangères évidentes : il s’inspire des “pulps”, magazines américains des années 40-50 du genre Weird Stories, pour un univers délicieusement retro qu’il va mélanger judicieusement avec des aspects empruntés au far-west (les saloons par exemple), la piraterie et quelques autres sources diverses et hétéroclites. Ses personnages sont de type américain ou européen, et les références sont clairement avouées par son auteur, notamment françaises : outre l’influence directe de Star Wars, Cobra est en effet à l’image de notre Jean-Paul Belmondo national (de l’époque). Jane renvoie par exemple directement à l’héroïne Barbarella de Jean-Claude Forest, qui sera incarnée sur le grand écran par la belle Jane Fonda en 1968. Lady / Armanoïde quand à elle trouve ses origines sans doute dans le Métropolis de Friz Lang…

Cobra vs Crystal Boy !
Cobra vs Crystal Boy !


La prépublication semble avoir touché un bon public, et à partir d’août 1979, la première édition reliée voit le jour. La prépublication et sa version reliée vont se suivre grosso modo, jusqu’en 1984 pour la première, et août 1985 pour le 18ème et dernier volume relié. Entre temps, les tirs de psychogun de Cobra se sont fait entendre jusque dans les studios du célèbre studio d’animation Tokyo Movie Shinsha (TMS), qui décide de faire coup sur coup un long métrage et une série télé ! Le film de Cobra sortira dans les salles obscures nippones le 3 juillet 1982. Film dramatique somptueux ayant bénéficié d’un budget très conséquent (rare pour l’époque), il ne plaira cependant pas à Terasawa (qui en est co-scénariste), le jugeant trop éloigné de son propre univers original.

La série télé, quant à elle, arrivera sur la chaîne Fuji TV le 7 octobre de la même année, et sera diffusée jusqu’au 19 mai 1983, pour 31 épisodes au final. Les 2 œuvres bénéficieront tout de même d’un staff d’exception, avec pour ne citer qu’eux, le duo Osamu Dezaki / Akio Sugino, respectivement réalisateur et directeur de l’animation. La série télé, bien que suivant plus fidèlement le manga, s'autorise tout de même de nombreuses petites modifications ici ou là, rendant les scénarii parfois plus consistants ou travaillés. Sa qualité est exceptionnelle, reconnue encore aujourd'hui, cependant elle n’aura pas un succès retentissant, sans doute trop mature/adulte encore à l’époque.

Première édition - volume 3 Première édition - volume 4

Première édition - volumes 3 & 4


Séance de visionnage de Cobra
Séance de visionnage de Cobra
Cobra version film
Cobra version film
Cobra version télé
Cobra version télé



[1] On ne peut être plus précis, Terasawa lui-même ne sait plus quand exactement il a réellement commencé à dessiner Cobra.



Pages 1 2 3 4 5 6 7

Cobra - Copyrights © BUICHI TERASAWA / A-girl Rights
Tous droits réservés.
Cobraworld © 2000-2017
Mentions légales
Site officiel : www.buichi.com
Site crée et maintenu par Stéphane Clément
Site officiel : www.buichi.com
Site crée et maintenu par Stéphane Clément